Jan 272011
 

Mercredi 19 janvier 2011

Réaliser un film d’animation va être long et minutieux, cela demande de la patience. En effet, il faut 12 images minimum par secondes pour que l’image soit fluide : plus il y a d’images par secondes, plus l’image est fluide. Clémence a donc demandé a chacun de faire un mouvement décomposé en 12 fois puis elle prenait une photo à chaque pause. La difficulté et qu’il fallait déplacer légèrement le mouvement à chaque prise. Comment donner une impression de mouvement avec des images fixes?

Rappelons que le cinéma est la projection d’une succession d’images fixes. Notre œil peut conserver un bref instant l’image qu’il a enregistré après un temps d’obturation, ce qui donne l’impression d’un mouvement continu. On appelle cela le phénomène de la persistance rétinienne.

« Faire un film d’animation, c’est photographier une succession d’images, chacun étant légèrement différente de la précédente, de manière à recomposer un mouvement. Il faut enregistrer 24 vues pour une seconde de projections » (extrait page 36 – 1001 activités autour du cinéma de Pierre Lecarme et Annabelle Mège, Casterman, 2008)

C’est ainsi qu’il va falloir travailler pour le film d’animation mais on se limitera à quelques images par secondes.

Puis ensuite, ensemble, on a essayé d’écrire une histoire pour le futur film d’animation. Chacun a créé un personnage : Lollilops (le lion gourmand), Golliott (le chien Hippy), le maître du monde des hippies (un chat),  Dévastateur (un zombie),  Chochotte Bidule (un vaillant chevalier rouge) et le méchant roi du monde. Ils ont décri le caratère de leur héros, de quoi il serait composé (carton, pâte à modeler…) puis on en fait un croquis.

Les décors seront une forêt et un magasin de vêtements et l’élément clé de l’histoire : une épée qui se transforme en cigarette.

Résumé de l’histoire : Dévastateur et Chochotte Bidule vont dans la forêt et trouvent une épée. Mais Le roi du monde et le lion Lollilops arrivent et leur volent l’épée. Un course poursuite commence à travers la forêt. Ils rentrent dans le magasin de jouet qui se trouve sur leur chemin. et d’un coup l’épée se transforme en cigarette que le maître du monde des hippies et Golliot, responsables de la boutique, prennent aussitôt pour la fumer. Ces derniers se mettent à chanter, font de la musique et invitent les autres à danser et faire la paix.

Maintenant que le scénario est ficelé, il va falloir construire les décors et les personnages avant la réalisation du film tout en découvrant les différentes techniques anciennes et actuelles du cinéma d’animation. La suite aux prochains ateliers…

 

Sorry, the comment form is closed at this time.